L'équipe de l'urgence adaptée à la personne aînée.

L’urgence adaptée à la personne aînée : un modèle de réussite

19 Décembre 2022

Ce mois-ci, les Prix d’excellence du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, édition 2022-2023, récompensent le projet de l’urgence adaptée à la personne aînée. L’initiative se démarque dans la catégorie « Personnalisation des soins et des services ». Faites connaissance avec les deux instigatrices du projet.

Dre Audrey-Anne Brousseau, urgentologue et responsable gériatrique, et Hélène Loiselle, chef de service à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke, ont initié le projet de l’urgence adaptée il y a deux ans. Bâton de pèlerin en main, elles ont jeté les bases de cette approche novatrice.

 

Une première au Québec!

 

Le modèle commence tout juste à s’implanter un peu partout au Canada. Au Québec les deux femmes ont été les pionnières ayant amorcé les démarches. La Dre Brousseau, possédant une expertise en médecine d’urgence gériatrique, et Hélène Loiselle qui voyaient se présenter à l’urgence un nombre grandissant de personnes âgées de plus de 75 ans et très fragilisées, ont décidé de développer leur propre approche et de structurer le projet. 

« Nous avons d’abord rencontré Maryse Grégoire, conseillère-cadre clinicienne, pour lui parler de notre projet. Elle nous a guidées à travers toutes les étapes du déploiement et s’est assurée d’avoir le soutien de toutes les directions qui sont impliquées dans le projet. Avec la direction de soutien à l’autonomie des personnes âgeé (SAPA). Nous avons obtenu la création d’un poste d’infirmière en gériatrie qui allait être postée à l’urgence et dont le rôle serait de procéder à une évaluation gériatrique complète de la personne aînée. »

– Hélène Loiselle

Hélène Loiselle

Hélène Loiselle

L’infirmière en gériatrie : la pierre angulaire de l’urgence adaptée

 

Dans une urgence adaptée aux aînés, le rôle de l’infirmière en gériatrie est fondamental. Elle entre en jeu lorsque l’infirmière responsable des civières ou le médecin détecte des éléments de fragilité pouvant avoir un impact sur le séjour de l’aîné à l’urgence et sur son retour à domicile.

Elle tente entre autres de dépister les troubles cognitifs chez la personne, évalue son environnement, prend en compte ses conditions médicales et passe en revue sa médication en collaboration avec la pharmacienne. Une fois qu’elle a un portrait complet du patient, elle informe les autres professionnels de son équipe des besoins spécifiques de celui-ci  et conçoivent ensemble un plan d’action.

À ce jour, aucune formation officielle n’existe pour devenir infirmière en gériatrie mais le comité d’urgence gériatrique est en pourparlers avec l’Université de Sherbrooke pour créer un microprogramme. Cette formation permettra de soutenir le développement des compétences de l’infirmière clinicienne qui souhaite se spécialiser en gériatrie.

 

Un filet de sécurité pour les personnes âgées

 

L’approche de l’urgence adaptée comporte de nombreux avantages pour les personnes âgées. Grâce au travail en collégialité préconisé dans le modèle, les intervenants évaluent globalement les éléments de l’environnement psycho-social de la personne âgée pouvant avoir un impact sur sa santé. Ainsi, ils peuvent lui offrir des soins et des services de santé adaptés à ses besoins.

Une fois que l’état de santé de l’aîné est jugé satisfaisant, l’infirmière en gériatrie, entourée d’un physiothérapeute, d’une travailleuse sociale et des gestionnaires de cas en communauté,peut donner le congé à la personne en moins de 24 heures, en moyenne. En améliorant l’évaluation des besoins, on vise à diminuer le nombre de retours à l’urgence.

De plus, d’autres employés travaillant à l’urgence reçoivent une formation pour s’approprier l’approche, ce qui leur procure un sentiment de compétence. Le personnel infirmier est, entre autres, plus apte à dépister les déliriums et à gérer les troubles cognitifs en mobilisant les aînés de façon originale avec du matériel mis à sa disposition. Bien qu’un temps d’adaptation ait été nécessaire pour modifier certaines pratiques professionnelles,  tous ont constaté rapidement les avantages du projet pour les aînés dans un contexte d’urgence.

 

Un projet qui a le vent dans les voiles

 

Le comité de gériatrie travaille à maintenir l’approche bien vivante à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke, mais il déploie aussi le modèle dans d’autres services d’urgences de notre établissement, comme dans les hôpitaux de Cowansville, de Magog et de Granby.

 

« Ma plus grande fierté est d’avoir réussi à combiner mes intérêts en gestion et mes compétences cliniques pour implanter un modèle innovateur qui améliore les soins offerts aux patients. Lorsque je reçois des commentaires positifs sur notre urgence, ça me motive et ça me donne le goût de continuer. Cela prouve qu’on est sur la bonne voie et qu’on fait quelque chose qui a du sens. »

– Dre Audrey-Anne Brousseau

Dre Audrey-Anne Brousseau

Dre Audrey-Anne Brousseau

« Comme chef de service, une de mes motivations est de contribuer à améliorer la qualité des soins. Quand je vois comment le personnel soignant utilise le modèle au quotidien avec les patients, ça me rend fière. Nous avons été capables de soutenir les membres de nos équipes afin qu’ils puissent améliorer l’épisode de soins des usagers. Je crois que nous pouvons toujours faire une différence auprès des personnes âgées dont nous nous occupons. »

– Hélène Loiselle

Voyez l’équipe à l’œuvre

 

 

 

35 000 $ amassés au Défi Groenland

En 2019, quatre médecins du CIUSSS de l’Estrie – CHUS ont participé au Défi Groenland de la Fondation du CHUS afin d’amasser des fonds pour le projet d’urgence adaptée de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke.

Les Dres Geneviève Ricard, Dominic Harnois, Isabelle Boulais et Annie Hébert ont recueilli plus de 35 000 $. Les fonds ont permis de financer de l’équipement afin de mobiliser les personnes aînées admises à l’urgence.

 

L’équipe à l’origine de l’urgence adaptée à la personne aînée à l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke

  • Hélène Loiselle, chef de service à l’urgence
  • Dre Audrey-Anne Brousseau, urgentologue et responsable gériatrique
  • Maryse Grégoire, conseillère cadre clinicienne – urgence
  • Véronic Poulin, infirmière en gériatrie
  • Marie-Michèle Watt, physiothérapeute
  • Joëlle Desbiens, pharmacienne
  • Maria-Noël Bell Marichal, chef de l’unité de gériatrie
  • Mirhet Karahasanovic, physiothérapeute
  • Dre Marie-Laure Collinge
  • Dre Sylvianne Guitard

 

Photo d’entête : L’équipe de l’urgence adaptée à l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke.

Print Friendly, PDF & Email